D.L.

Accueil Règles du jeu Liens favoris Plan du site

Isidore Weiss

 

Accueil
Remonter

Isidore Weiss

Né le 29 avril 1867 à Manchester (Angleterre) Isidore Weiss arrive à Paris à l'âge de 4 ans. Ses parents originaires de l'empire austro-hongrois (Budapest) ont décidé de quitter l'Angleterre pour la France en 1871 après l'incendie de leur usine d'imperméables et peu après la naissance d'Isidore.

Isidore se met à jouer assez tard à l'âge de 16 ans selon Bizot. Bonnard parle même de 18 ans. Il participera pour la première fois à un Tournoi des Maîtres à Paris en 1891 organisé par la fameuse "Revue des Jeux" (rédacteur des chroniques damistes est Eugène Leclercq) et s'y classera 3ème après Barteling et Leclercq mais devant Zimmermann, Lesage, Balédent, Beudin..(voir le tableau des résultats complet ci-dessous extrait de la revue).

 

 

Photo tirée de la revue française n°45/1936

 

Au tournoi suivant joué en 1894 à Paris sera 4ème avec 19 points, à un demi point derrière les trois premiers ex aequo à 19,5 points : Barteling, Dussaut et Raphaël mais devant Kandi, Leclercq, Le Goff. L'année suivante il sera encore 4ème à Marseille avec 19 points (ex aequo avec Garoute) derrière Leclercq, Raphaël et Jean mais devance Barteling, Le Goff, Révertegat, Vardon. Il se fera souffler une dame par Delas, avant dernier du classement..

Cependant la même année en octobre 1895 à Paris il sera déjà premier au Tournoi international des Villages Soudanais au Champ des Mars avec la participation de 5 Sénégalais dont Kandi classé 3ème en 1894 à l'Exposition de Lyon, (ce dernier tournoi fut remporté par Raphaël devant le Lyonnais Berluirat).

Extrait de la revue Leclercq n°11/1895

C'est à partir de ce tournoi qu'Isidore Weiss conservera la suprématie dans tous les tournois et matchs disputés en France ou en Hollande jusqu'en 1912 Il est donc Champion du monde pendant 17 ans ! Il gagnera le Tournoi international d'Amiens en avril 1899 et gagne les 3 défis joués cette même année contre Raphaël, Dussaut, Leclercq et encore en match contre Dussaut.

Année Lieu Type Classement
1899 Amiens Tournoi 1. Weiss - 31 points 2. Raphaël - 28 points 3. Dussaut/Barteling - 22 points
1899 Paris Défi Weiss - Raphaël / 5-1 (2 gagnées, 1 nulle)
1899 Paris Défi Weiss - Dussaut / 5-1 (2 gagnées, 1 nulle)
1899 Paris Défi Weiss - Leclercq / 3-3 (3 nulles)
1899 Paris Match Weiss - Grange (Bordeaux) 2-2 (2 nules)
1899 Paris Match Weiss - Dussaut / 25-15 (8 gagnées, 3 perdues, 9 nulles)

Il remporte ex-aequo avec Gaston Beudin le Tournoi International de l'Exposition de Paris en 1900 totalisant 13 points devant Chardonnet 11 points et Dussaut 10 points, Degraeve, Leclerq et Zimmermann 8, Balédent et Moyencourt 7 et Vervloet 5 points. Il battra Gaston Beudin ensuite en barrage de 3 parties (2 gagnés, 3ème non jouée). Il résistera à Raphaël à Marseille l'année suivante 13 et 14 mars 1901 dans un match de 10 parties (2 gagnées, 2 perdues, 6 nulles) / voir la photo ci-dessous

&&&

 Weiss assis à droite opposé à Raphaël/ photo de la Tribune des Jeux et des Combinaisons supplément n°21 du 15 mai 1901

Légende - I.Groupe de quatre personnes assises : Raphaël, Rey, Rebattu (avec canne), Weiss. II. 14 personnes debout : de gauche Bouillon, Olive, Mussin (notant les parties), Villon, Delas, Bal, Dumaine, Blanqui (barbe, moustache grisonnants), Giroux, Maudine, Collombel, Révertégat (de profil), Espanet

&&&

En mars 1903 dans le tournoi de Championnat de la Société Damier Parisien il est toujours premier (9 points) devant Leclercq (8) et Barteling (7 points). En novembre 1904, il joue contre le Champion de Hollande De Haas à Amsterdam (match nul 3 gagnées chacun, 4 nulles), le suivant en 20 parties aura lieu en 1907 et Weiss le remporte 21 à 19 (3 gagnées, 2 perdues, 15 nulles).

Auparavant Weiss avait rencontré Raphaël deux fois en match, un en 10 parties en 1901 déjà mentionné plus haut (2 gagnées chacun, 6 nulles) l'autre en 1904 en 3 parties (toutes gagnées par Weiss). Contre Barteling en mai 1906 un match s'était terminé en faveur de Weiss 10 à 4 (3 gagnées et 4 nulles). En mars avril Weiss enlève un Grand Handicap au Damier Parisien battant en finale Jahan (demi pion) suivent Dumont avec qui Weiss gagna une partie en 106 temps, Ottina, Bizot. A Marseille en décembre il bat Maruis Fabre 4 à 2 (1 gagnée 2 nulles). Fabre était alors âgé de 18 ans et demi.

Dans le Tournoi International de Paris en 1909 Weiss est vainqueur avec 20 points devant Alfred Molimard (21 ans à l'époque) 19 points, De Haas 16 points, Bizot 14 points. Il fait le match nul contre Raphaël encore (5 gagnées chacun et 6 nulles) en décembre 1909

Au Championnat de Paris organisé en 1910 par le Damier Français il est deuxième avec Bizot 19 points derrière Ottina 20 points devant Fabre, Sonier, L.Dumont, Beudin mais il battra Bizot en barrage puis Ottina en match de 10 parties (2 gagnées, 1 perdue, 7 nulles)

Isidore Weiss - Source : "Le Damier" de Louis Dambrun n°38 15 février 1914

Il battra également le fameux champion sénégalais Woldouby  en 4 parties (2 gagnées, 2 nulles) en octobre 1910. En novembre de cette même année il participera à Lyon au Championnat de France et termine deuxième avec 17 points derrière Molimard (19) mais devant Sonnier (13), Bonnard (11), Raphaël, Fabre (9 tous les deux) et Ottina (6 points) mais reprend aussitôt le titre à Molimard dans un match en 3 parties (1 gagnée, 2 nulles) et le conserve contre Ottina qui lance aussi un défi avec 2 parties gagnées.

Un nouveau match est alors organisé aux Pays-Bas en avril 1911 à Utrecht. Il est opposé au jeune Herman Hoogland qui bat dans un match de 10 parties 11 à 9 (2 gagnées, 1 perdue, 7 nulles)

Voir les parties de cette rencontre

Enfin le match à Paris comptant pour le Championnat de France en 1912 où il se fait battre par Molimard 9 à 21 (1 gagnée, 7 perdues, 7 nulles) la seule et unique défaite sérieuse en match enregistrée par Isidore Weiss durant toute sa carrière damiste.

Comme le montre le tableau synthétique ci-dessous il gardera son titre répondant aux défis, participant aux tournois et championnats jusqu'en 1912 à 17 reprises ce qui donne une moyenne de deux compétitions annuelles.

En 1910 François Bouillon écrivait dans la préface de la Tactique et Stratégie : "Le jeu de Weiss c'est la science du bénédictin unie à la ruse de l'Apache ; c'est l'habileté, la souplesse et l'adresse du petit jiu-jitsuan Japonais allié à la force musculaire et massive du colosse Russe".

Année Lieu Type Classement
1904 Marseille Défi Weiss-Raphaël 8-0
1904 Amsterdam Match Weiss-De Haas 10-10
1906 Paris Défi Weiss-Barteling 10-4
1907 Amsterdam Défi Weiss-De Haas 21-19
1908 Marseille Défi Weiss-Fabre 4-2
1908 Marseille Défi Weiss-Raphaël 4-0
1909 Paris Tournoi 1.Weiss 2. Molimard 3. De Haas
1909 Marseille Défi Weiss-Raphaël 16-16
1910 Paris Championnat de Paris 1.Ottina 2.Weiss/Bizot
1910 Paris Championnat de Paris Weiss-Bizot 2-2 3-1
1910 Paris Championnat de Paris Weiss-Ottina 11-9
1910 Paris Défi Weiss-Woldouby 6-2
1910 Lyon Championnat de France 1.Molimard 2.Weiss
1910 Lyon Défi Weiss-Molimard 4-2
1910 Lyon Défi Weiss-Ottina 3-1
1911 Utrecht Défi Weiss-Hoogland 11-9
1912 Paris Championnat de France Molimard-Weiss 21-9

Il perdra son titre de Champion du monde lors du tournoi de Rotterdam gagné par Hoogland dans lequel il se classe 3ème ex aequo avec Molimard (23 points), Hoogland en totalisera 25 points, De Haas 24, suivront Bonnard (24), Fabre (20), Battelfeld (14)..

Le Néerlandais ne remet pas son titre facilement en jeu, la guerre 1914-1918 éclate. Weiss rejoue en 1920 au Championnat de Paris et se classera 3ème avec 12 points derrière Fabre (15) et Bizot (14). Une tournée en Hollande en décembre 1920 lui donnera l'occasion de remporter un tournoi à 4 joueurs avec 9 points devant Springer (6), Damme (5) et Prijs (4) mais au Tournoi International de Marseille de 1924 c'est Springer qui devance Weiss, suivent de Boer, Ricou, Garoute.

Weiss modifie son jeu de position il joue moins le coup (un coup Weiss porte son nom et est toujours pratiqué) et ne pratique plus la partie d'enchaînement laquelle lui permettait de remporter des succès par le passé mais aussi des déboires contre les nouveaux maîtres notamment en 1912 contre Molimard, puis Bizot, Fabre et Bonnard. Grâce à ce renouveau à 60 ans il sera second au Tournoi International de Paris de 1927 derrière Bizot mais devançant Fabre, Springer et De Jongh.

Il subira néanmoins un revers sévère au tournoi d'Amsterdam de 1928, décidément pas en forme il termine 11ème sur 12. D'aucuns parlent de la fin de sa carrière. Il n'en est rien au Tournoi de Paris de 1931 comptant pour le Championnat du monde organisé au "Ludo" rue de la Sorbonne il terminera à la 3ème place avec 25 points tout près des premiers Fabre (27) et Bizot (26) mais devant le jeune Raichenbach et King (24 points tous les deux), Garoute (15), Fayet (14) etc. Le prodige Maurice Raichenbach le privera d'ailleurs du titre en le battant au deuxième tour. A ce propos Pierre Lucot rapporte une anecdote : Raichenbach âgé alors de 16 ans place un coup au senior Weiss. Furieux celui là se dirige vers le vestiaire pour récupérer son chapeau, ne le trouvant pas il essaie les autres. Finalement il part tête nue. Le lendemain lorsqu'il revient au "Ludo" seul un chapeau reste accroché : le sien..

Photo extraite de la "Tactique et Stratégie" de 1910

Ce sera le dernier grand tournoi d'Isidore Weiss. Il mourra 12 juin 1936 à Paris à l'âge de 69 ans laissant selon Marcel Bonnard : "le souvenir du maître le plus brillant et le plus rapide qu'ait produit le jeu de Dames et un record pas près d'être battu, titre de Champion du monde pendant 17 ans".

Naturellement sa carrière professionnelle n'existait pas, sa famille devait vivre des prix et des maigres revenus liés aux leçons de dames données ou des parties "intéressées" mais malgré la maîtrise suprême de notre art, la soupe était bien maigre. Louis Dalman se souvenait d'avoir pris quelques leçons de Weiss à 0,20 fr au Damien Parisien, il est resté impressionné par la profondeur de jeu de ce grand champion. A 2 pions rendus il ne tenait pas bien longtemps.

L'homme faisait 1,54 mètre et pesait 45 kilos seulement. Pierre Lucot dans son hommage aux grands champions français n°70/1960 de l'Effort parlait d'un sandwich à la moutarde pour tout repas de midi et de la chaleur qu'il recherchait près des entrées de métro.

Le fils d'Isidore Weiss, Robert, écrivait 17 juillet 1947 à Henri Chiland : "Simple ouvrier casquettier (ndr chapelier), mon père vécut toute sa vie modestement et d'ailleurs n'avait aucune ambition, le Jeu de Dames était tout pour lui, il lui a donné toute sa vie et sa pensée."

&&&

Weiss fut un très grand technicien comme le prouve quelques analyses de parties et un problémiste de grand talent dont les compositions souvent difficiles, naturelles et d'une grande élégance nourrissent les différents ouvrages jusqu'à nos jours. Daniel Lanfrey soulignait dans l'éditorial du n°65 du Bulletin Rhône-Alpes que l'excellent ouvrage de Harm Wiersma 1000 miniatures (Dam miniaturen,  édition par Spectrum - 1977, 144 pages) publié pourtant 40 ans après le classique "1001 miniatures" de G.L Gortmans contenait la bagatelle de 45 compositions de Weiss loin devant  Mosma (30), Dalman (28) ou Gortmans (15).

Fait à Dussaut n°19 TS Compostion BDF n°10 Problème Entre nous /n°597 JDB
CC n°2 fev 1931 page 25 Het Damspel 1922 1er Prix Elciaireur du soir 1934

 

BDF - Bulletin du Damier Français

CC - Clubs et Cafés

JDB - Jeu de Dames - réd. Marcel Bonnard

TS - Tactique et Stratégie

 

 

Match I.Weiss - A.Dussaut 1899

 

Position clé de la partie jouée le 22 septembre 1899. Dussaut vient de jouer 8-12 et Isidore Weiss s'empresse d'exécuter la combinaison :


28.    8-12? 29.28-23 18x38 30.39-33 38x29 31.34x23 19x28 32.30x19 14x23 33.35-30 25x34 34.40x7X


Anatole Dussaut essaiera sauver la mise en continuant la partie mais Isidore Weiss ne lui laissera aucune chance. L'abandon suivra au 51e temps.

 

 

La partie complète fut publiée dans l'ouvrage édité en 1910 pages 101-102

 

&&&

 

Il est enfin utile de rappeler qu'Isidore Weiss fut l'auteur de "Tactique et Stratégie" édité en 1909 et 1910 à Marseille par l'hebdomadaire le Bavard (108 pages, 16x25cm) et "250 Positions Nouvelles" publiées en 1935 à Amsterdam par l'hebdomadaire damiste Dammersweekblad (32 pages, 19x24cm).

Les deux ouvrages de très grande qualité sont très difficiles à trouver aujourd'hui. Nous consacrerons une place à part à ces publications d'exception prochainement.

Cette biographie est inspirée par Marcel Bonnard, rédacteur de la revue Jeu de Dames, Maître International grâce aux archives de regretté Diego Rodriguez

Accueil ] Remonter ]

Envoyez un courrier électronique à richard.przewozniak@free.fr pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Dernière modification : 05/03/2017